La disparition du leader Sud-Africain Nelson Mandela a fortement marqué cette fin d’année par l’émotion qu’elle a suscitée dans le monde entier.
Symbole de la lutte pour la liberté et de l’espoir jamais renoncé, même dans les moments les plus cruels de sa vie, Madiba a rejoint les grands hommes qui ont fait ce monde.

Espoir, combien ce mot est en parfaite harmonie avec l’Afrique du Sud qui abrite justement le Cap de Bonne Espérance. Les navigateurs portugais qui l’ont ainsi baptisé à la fin du XVème siècle pour marquer le passage le plus méridional sur la route des Indes, ne pouvaient évidemment imaginer l’avenir du pays qu’ils côtoyaient sans oser trop s’y aventurer.
Quel pays en effet ! Mélange étonnant et passionnant de modernité et de traditions tribales ancestrales, l’Afrique du Sud mérite qu’on s’y attarde longuement.
Tout naturellement on pourra commencer la découverte du pays par la ville du Cap. Et profitant du peu de fatigue générée par un vol de nuit avec un décalage horaire d’à peine 2 heures, visiter cette très jolie ville au bord de l’océan Atlantique, incontournable porte d’entrée pour le Cap de Bonne Espérance au nom si évocateur.
A la suite, en bon visiteur français, il sera logique et particulièrement savoureux de parcourir une des routes des vins de la région. Les premières vignes sud-africaines remontent au XVIIème siècle, quand les protestants Français, fuyant les persécutions et les guerres de religion qui sévissaient chez nous, décidèrent de rejoindre leurs homologues hollandais qui s’étaient installés au sud de l’Afrique. Certains noms des villages rappellent cette pacifique invasion de la région par nos compatriotes : Franschhoek, La Motte, Le Roux, le Quartier Français. Aujourd’hui le vin Sud-Africain rencontre le succès que l’on sait et les séances de dégustation dans des cadres idylliques contribuent grandement à l’agrément du voyage.
Mais évidemment, on ne saurait visiter ce pays sans consacrer le temps nécessaire à la découverte des animaux, sujet qui fait la réputation du tourisme sud-africain depuis toujours. Pour cela le mieux est de se propulser jusqu’au parc Krüger, à l’est du pays. Et préparez-vous bien car c’est un véritable éblouissement qui vous viendra aux yeux. Ici les véhicules 4×4 des rangers (les guides du parc) n’ont pas de porte. On y monte et on en descend sans difficulté, rendant la visite particulièrement excitante tant est forte la proximité avec les bêtes sauvages. Nul besoin de courage car les risques sont inexistants tant que l’on respecte les consignes données pas les professionnels. Même lors des balades de nuit qui génèrent une délicieuse montée d’adrénaline avant de s’achever autour d’un barbecue nocturne en pleine nature. L’Afrique du Sud, un hommage à rendre aussi à la nature, en toute confiance et espérance.